Maison MAVA une ressource intermédiaire en hébergement

Maison MAVA, en bref

Le mandat de la Maison MAVA est d’accueillir, de soigner et d’accompagner des femmes et des hommes âgés ou malades et satisfaire
les besoins fondamentaux de la personne en l’aidant à garder le plus longtemps possible sa capacité à maintenir son autonomie.
Maison MAVA a une capacité d’accueil de 41 résidents semi-autonomes. Elle compte deux infirmières auxiliaires et une vingtaine
de préposés aux bénéficiaires (PAB).

 

« Le personnel soignant interne et qui provient des agences adore utiliser le logiciel de gestion de soins SOFI et n’a jamais vu un tel système ailleurs. Ils ne s’en passeraient plus, »
se réjouit Manon Charpentier, propriétaire de la Maison MAVA

 

Défis

Le personnel de soins de la Maison MAVA travaillait avec beaucoup de papier :

  • Grille papier des tâches quotidiennes pour chacun des PAB;
  • Les soins prodigués aux résidents étaient colligés dans un cartable;
  • Les listes des médicaments étaient écrites sur du papier;
  • Les notes sur les résidents rédigées par les infirmières auxiliaires et des PAB étaient rentrées dans des cahiers de communication qui n’étaient pas classés par résident;
  • Les notes internes étaient rédigées dans un cahier de communication.

Dans un contexte où l’information était colligée sur un support papier, il était ardu pour les gestionnaires et le personnel soignant de rassembler, retrouver et synthétiser l’information pertinente et complète rapidement. En outre, dans un contexte papier, plusieurs employés négligeaient de rentrer des notes. Ainsi, de l’information d’importance manquait. Cette situation entraînait des lacunes quant à la qualité des soins offerts aux résidents. Cela pouvait occasionner des erreurs dans la médication d’un résident, les conséquences de telles erreurs peuvent affecter la qualité des soins et par ricochet nuire à la réputation de la résidence. Madame Manon Charpentier, propriétaire et directrice générale de la Maison MAVA, ainsi que membre du conseil d’administration de l’ARIHQ, souhaitait réduire son risque d’erreur et maintenir la bonne réputation de la résidence.

Le système d’information sur les ressources intermédiaires et de type familial (SIRTF) est capital pour une RI. En effet, le SIRTF permet à une RI d’être rémunérée par le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec pour les services qu’elles rendent à leurs résidents. Ce formulaire est rempli une fois par année par un responsable de la résidence, un professionnel et un spécialiste du SIRTF, tous deux relevant du CIUSSS. Remplir cette grille, dans le contexte papier de la Maison MAVA, nécessitait beaucoup de temps et d’efforts pour trouver et rassembler l’information pertinente pour chacun des résidents.

Solution retenue

«En 2016, il devenait essentiel de se débarrasser du papier et d’informatiser la gestion des soins auprès de nos résidents,» mentionne madame Charpentier. Maintenant, grâce au logiciel SOFI, chacun des PAB consulte leurs tâches quotidiennes directement sur une tablette installée solidement sur leur chariot (voir l’encadré à droite). Les PAB cochent directement les tâches effectuées et rédigent leurs notes concernant les résidents directement sur leur tablette.

Grâce à la facilité d’utilisation, le personnel soignant rédige davantage de notes sur les résidents qu’avant l’installation du logiciel SOFI.   Grâce à SOFI, la majorité du personnel soignant, soucieux du bien-être de leurs résidents, peut maintenant consulter à distance l’information sur ceux-ci. De plus, ils saisissent certaines notes en dehors des heures de travail !

Les infirmières auxiliaires, les PAB et même le personnel d’entretien ménager utilisent SOFI. «J’ai donc une vue à 360o de ma RI et de mes résidents,» se réjouit madame Charpentier.

Bénéfices

Le logiciel SOFI permet un meilleur suivi sur la qualité des soins, ainsi que de l’évolution physique et cognitive de chacun des résidents. Il est donc beaucoup plus facile maintenant de remplir le SIRTF aussi souvent que nécessaire. En effet, l’information de chacun des résidents est centralisée, fiable et accessible rapidement. Ainsi, si un changement dans la condition du résident nécessite une augmentation des services, et ce, basé sur les faits, il est plus aisé de demander une révision de classification. De cette façon, la grille reflète les services offerts et permet d’être rétribué équitablement pour les services rendus. Le logiciel SOFI facilite les rencontres avec les professionnels de la grille de classification et contribue à recevoir la rétribution la plus juste lors de ses révisions.

En bref,  l’ensemble du personnel est mieux informé sur les suivis des résidents et a accès à toute l’information nécessaire de leur travail sur leur tablette. «Grâce au logiciel de gestion des soins, SOFI, nous avons gagné en efficacité et nous offrons un meilleur service à nos résidents. De plus, nous avons réduit le risque sur notre réputation. à conclut madame Charpentier.

2017-11-25T10:28:18+00:00 14 juin 2017|Étude de cas|